1 an en Californie – 2ème bilan

1 an en Californie – 2ème bilan

with 8 Comments

 

Rappelez vous, il y a 6 mois, je vous avez livré mon premier bilan d’expat’ fraichement débarquée (à lire ici). Alors, qu’est-ce que qui a évolué depuis ?

En arrivant en Californie, je m’étais fixée un certain nombre d’objectifs (à voir dans ma “bucket list”* plus loin). Un an après, certains ont été atteints et ils ont ouvert la porte sur de nombreuses autres questions. L’occasion donc de refaire un tour d’horizon des plus et des moins de la vie en Californie, et sur ce qui a changé depuis le départ de Paris.

*bucket list = liste de choses à faire avant de “mourir”.

 

Les choses qui ne me plaisent (toujours) pas :

 

  • les toilettes US.
    Décidément, je ne m’y fais pas : zéro intimité, des portes qui ferment mal, aucune isolation sonore…Et encore, je ne vous parle pas des toilettes sèches en camping ou à la plage (cf. cet article). Non non non. 😣

 

  • Vous vous souvenez quand je disais que les gens étaient civilisés dans le BART ?
    C’est toujours vrai, mais qu’est-ce qu’ils sont LENTS à sortir de la rame. La parisienne en moi rugit d’impatience à chaque fois. J’ai également des bouffées de malveillance à chaque fois qu’un type essaie de monter avec son vélo dans une rame bondée en pleine heure de pointe …
    Par contre, je souris gentiment quand les gens se plaignent du BART ou du “commute” (le fait de venir au travail en transport en commun) : clairement ils n’ont jamais eu affaire aux métros et RER parisiens. Difficile de faire pire quand même. 😉

 

  • le sport.
    Cela ne m’intéresse juste pas. Bien sûr, j’ai quand même fait 2-3 tentatives pour m’y intéresser.  Superbowl ? Boring. NBA cup ? Boring. Match de baseball ? Boring.
    C’est bien simple, de 1) on comprend rarement les règles de jeu, toujours compliquées (c’est pas drôle sinon), de 2) il y a bien trop d’interruptions de jeu (ben oui, faut bien laisser du temps à la publicité !!) du coup cela gâche toutes les actions, et de 3) cela fait durer les matchs des heures… Finalement, le seul truc fun ce sont les “party” organisées avant et pendant les grands événements sportifs.

 

  • le peu de congés 😪
    …surtout quand tu vois le facebook de tes amis français qui se remplit de photo de vacances à peu près toutes les deux semaines et à chaque jours fériés ! #unfair

 

  •  le sucre en grande ou petite quantité dans la moindre parcelle de nourriture. Stop !
    Pain, pizza, sauces, plats, saucisses, charcuterie… Il y a du sucre ajouté un peu partout, cela en devient lassant et pas bon. Il est impératif de lire les étiquettes des aliments et faire attention a ce que l’on achète. Les magasins bio, gluten-free & co ne manquent heureusement pas dans le coin, mais la “healthy food” a son prix aussi.

 

  •  le vin
    Dans cette contrée réputée pour son vin, difficile de ne pas rester dubitatif. Ne vous méprenez  pas, il y a en Californie et particulièrement dans les vallées de Sonoma et Napa de très bons vins, mais ils souvent extensivement chers. Même les vins français importés coûtent moins chers (et sont parfois meilleurs). La qualité se paye chère aux États-Unis.

 

  • Cela va sans dire, les publicités.
    Il y en a trop. Un épisode de 20 mn dure 1 heure ; je vous laisse imaginer ce que cela peut donner pour un film ou un match ! Et puis, certaines publicités sont franchement absurdes. Comme celles pour les médicaments, où ils passent les 3/4 de la pub à décrire tous les symptômes probables du produit…. à qui cela peut-il bien donner envie d’acheter ? Jetez un coup d’oeil à celle-ci, par exemple.

 

  • le prix des loyers. Je n’élaborerai pas, c’est juste tellement un sujet quotidien ici. Les situations en deviennent ubuesques, comme dans ce cas.

 

 

Les choses qui me manquent actuellement :

 

À ce stade je donnerai tout pour :

  • un jap’ ou un verre en terrasse avec mes copines à Paris
  • une part de tarte au citron de chez Kayser ou des macarons de chez Ladurée
  • une tartine de beurre avec une baguette croquante, et pas de surdough (même si c’est bon)
  • un croissant (un vrai!) et un expresso au comptoir d’un café parisien
  • une tarte flambée accompagnée de son verre de riesling avec ma famille
  • des knacks et des bretzels alsaciens !
  • un bon verre de Graves
  • aller voir une exposition réellement artistique et pas un concept “hispter/hippie-j’ai rien à dire d’intéressant”

 

 

Dans ma “bucket list” – Ce qu’il me reste à faire / ce qui a été fait

 

  • aller à Hawaï : un must ici
  • faire du surf : au moins une fois
  • acheter un sac à dos carré hipster : to do !
  • participer à l’un de ces évènement fou “only in SF” : déguisement prévu en mai pour Bay to Breaker !
  • passer mon permis… toujours et encore, pfff.
  • réserver “Chez Panisse” à Berkeley, le restaurant préféré de feu Steve Jobs : c’est pas donné donc on attend encore
  • me mettre au yoga : done
  • trouver un job dans une compagnie américaine : done (trop contente !)
  • améliorer mon anglais et mon accent : c’est en bonne voie
  • faire connaissance avec les autochtones : ça marche bien avec les expatriés locaux en provenance du monde entier, mais avec les californiens de souche c’est un véritable “fail” pour le moment
  • voir des baleines : done
  • randonner en pleine nature, montagne ET plage : done
  • faire un roadtrip : done

 

Ce qui a évolué :

 

  • Je communique à coup de GIF et d’émoji avec les amis ET les collègues de travail ! C’est la langue officielle ici dans “la Tech”. Une de mes collègues m’a d’ailleurs récemment introduit à cette petite merveille, pour en faire bon usage.

 

  • Je suis devenue accro aux sorties et nouvelles découvertes. Laissez moi vous expliquer.
    En tant qu’expatriés tout frais, il y a pleins de choses à découvrir dans la baie de SF. Autour de nous, les gens ne cessent de nous recommander des choses à voir et nous proposer des activités spontanées (plage, BBQ, social event…).
    En conséquence, on sort très souvent, on fait plein d’activités différentes, on rencontre de nouvelles personnes constamment et on voyage très souvent dans la baie et au-delà… Bref on vit à 100%!
    C’est un sacré changement par rapport à notre mode de vie d’avant et c’est finalement très vivifiant et grisant. Par contre, on y devient vite accro, et cela devient limite une attente quand il ne se passe plus rien pendant plus de 2 semaines consécutives.

 

  • ma trajectoire professionnelle. Se retrouver dans un nouveau pays et tout réapprendre après quelques années d’expérience ce n’est pas évident. Je me suis posée et je me pose encore plein de questions : est-ce que j’ai envie de continuer dans la même voie ? Est-ce que j’ai envie de me réinventer ? Qu’est ce que j’ai vraiment envie de faire et comment y arriver ?
    En ce qui me concerne, après des années à travailler dans le milieu culturel parisien j’ai eu envie d’essayer autre chose. J’y retournerai peut-être. En attendant repartir de zéro c’est à la fois très “prometteur” et aussi un peu frustrant.
    On a beau se préparer mentalement, avec les “je suis une étrangère, je dois faire mes preuves, blabla”, c’est différent de le vivre et de devoir tout reconstruire. Il faut rester patient, or pour moi qui veut “tout, tout de suite”, c’est un peu dur à vivre ! Cela dit, il parait que c’est une caractéristique des millenials, la génération Y…

 

  • Enfin, il y a 6 mois j’étais encore dans l’euphorie des débuts de l’installation en Californie.
    J’étais pleine d’allant et d’optimisme. Depuis se fait ressentir le fameux coup de blues de l’expatriation : France, tu me manques !
    Le coût élevé de la vie (santé, immobilier), l’éloignement des proches, les quelques habitudes et produits français qu’on ne trouvent pas ici, le visa relou et autres contrariétés de la vie, plus les jours pluvieux de ces derniers temps ont entamé ma belle humeur.
    Il parait que c’est normal – je suis dans la phase descendante de la courbe en “U” de l’expatriation.
    Bien sûr, il suffit de considérer le climat ensoleillé et de contempler la vue sur la baie pour avoir envie de rester encore un peu plus longtemps. Et malgré tous les désagréments évoqués, ce que je disais dans mon précédent bilan reste vrai : l’avenir semble bien plus prometteur pour le moment dans ce pays. Mon optimisme dans un futur meilleur est bien encore présent. 😉

 

Il y a bien d’autre chose que je pourrais vous raconter, mais chaque chose à son heure. Rendez-vous dans 1 an pour le prochain bilan !
Enfin, si mon article vous fait réagir, n’hésitez pas à me faire part de vos retours et commentaires.

Partagez-le :
Follow Camille:

Bonjour, moi c'est Camille, geek dotée d'une âme curieuse et voyageuse. J'ai démarré ce blog en avril 2015 en tant que Frenchie fraîchement débarquée en Californie pour raconter ma nouvelle vie d'expatriée, mes impressions, découvertes et explorations de la baie de San Francisco. --- Hi, I'm Camille, a geek with a wandering and curious soul. I started this blog in April 2015 as a newly-landed Frenchy in California to tell about my new expatriate life, my impressions, discoveries and explorations of the San Francisco Bay.

8 Responses

  1. mum
    | Reply

    Ne te ré-invente surtout pas! tu es toi avec toutes tes valeurs perso.et tu vis pour l’instant aux US, c’est ce qui fait ton originalité, tu gardes les bons côtés, cela augmente ton aura, tu restes caustique pour les moins bons côtés en les traitant par la rigolade!!!
    Je mettrai des Ladurée dans ma valise,promis…
    Quant aux “indigènes”, il faut parfois forcer le passage! ton côté français si sociable doit y arriver…
    J’ai toujours transporté mes valeurs avec moi, où que j’ai été,et je crois vraiment que c’est cela qui m’a aidée et m’aide encore aujourd’hui à être à l’aise là où je suis. Je pense tout à fait que nous sommes tous égaux,quelque soit notre nationalité,notre culture, notre langue, ce sont les ajustements qui sont parfois délicats mais ça fonctionne toujours.

    • Camille
      | Reply

      Hello! merci pour ces conseils avisés. Nous attendons maintenant avec impatience la valise avec les Ladurée..

    • Myriam
      | Reply

      Tout a fait d’accord avec ta maman. 🙂 Tu ne te reinventes pas, “you’re branching out”. 😀 Et faire pousser une branche, ca prend du temps!!
      Pour le sucre… bon courage! 🙁 Il y en a meme dans le sel…

  2. DANIEL MARLENE
    | Reply

    Camille, ravie d’avoir de tes nouvelles. Un signe “made in France” depuis mon (nouveau) bureau donnant sur le parvis des droits de l’homme (je ne sais pas si tu sais que j’ai changé de poste il y a un an et d’un coup fait disparaître un spleen qui durait durait…). Enjoy your American life (and your life tout court) and take care ! Je t’embrasse Marlène

  3. DANIEL MARLENE
    | Reply

    PS : ta photo de post me fait étrangement penser à l’affiche du film Manhattan de Woody Allen…

    • Camille
      | Reply

      Marlène, super contente d’avoir de tes nouvelles! Effectivement l’image choisie (avec le Golden Gate en toile de fond – j’espère que tu as remarqué!) ferait presque figure d’affiche de film… 😉

  4. Tiphaine in Cali
    | Reply

    Bonjour je découvre ton blog avec plaisir. Pour ma part cela ne fait que 4 mois que je vis en Californie, à Moutain View plus précisément. Un peu loin de SF mais j’arrive à y aller une fois par semaine, histoire de découvrir la ville. Et je découvre les joies du Caltrain par la même occasion 😉
    J’ai ouvert également un blog pour parler de cette nouvelle vie d’expat’. ça s’appelle A Frenchy in Cali (http://afrenchyincali)
    Je file lire la suite de tes aventures 🙂
    À bientôt
    Tiphaine

    • Camille
      | Reply

      Bonjour Tiphaine, ravie d’avoir une lectrice de plus et collègue blogueuse ! Bienvenue en Californie ! Bonnes explorations dans la baie, au plaisir de te lire.

Leave a Reply