Un long week-end à Palm Springs

Un long week-end à Palm Springs

with 1 Comment

 

Les jours fériés (et les vacances aussi !) sont rares ici, alors on en profite au maximum dès que l’on peut. À l’occasion du long week-end de Memorial Day nous sommes partis en pleine zone désertique californienne, j’ai nommé Palm Springs !

Destination touristique très prisée depuis le début du XXe siècle, et notamment par le non moins célèbre rat pack (la bande de Frank Sinatra & Co) dans les années 50-60, Palm Springs est idéalement située à 2h en voiture de L.A. ou San Diego.

C’est aujourd’hui encore un resort de choix pour toutes les activités de détente en couples, entre amis ou en famille – pour moyen ou grand budget.

 

 

Downtown Palm Springs

 

Berkeley – Palm Springs c’est quand même 7h30 de route (770 km à parcourir).

Du coup, nous arrivons seulement en fin d’après-midi à Palm Springs (PS) à notre hébergement, le 7 Springs Inn & Suites Hotel, idéalement situé, et avec tout le confort souhaité : chambres-appart spacieuses, 2 piscines dont une à bulle et un jacuzzi…

 

 

Le pied au bord de la piscine à remous au 7 Springs & Inn Hotel © Camille by the bay, 2016
Le pied au bord de la piscine à remous au 7 Springs & Inn Hotel © Camille by the bay, 2016

 

On sort la “Yelp machine” pour dénicher un endroit pour déjeuner-diner (l’heure est tardive) encore ouvert. On finit au Sandwich spot, petit boui boui qui ne paie pas de mine mais dont les sandwichs – très bons – portent le nom de joueurs de tennis comme le “Djokovic”, ou le “Federer” !

 

On se balade – ou plutôt on rôtis (il fait 30 degrés) – le long de l’avenue principale Indian Canyon Drive où l’on croise quantité de boutiques ultra kitsch, galeries d’art huppées (mais au goût plus qu’incertain), restaurants hauts de gamme ou touristiques, belles vieilles voitures ainsi qu’un nombre impressionnant de retraités et de couples gay.

 

Pour cause, PS est la première ville des USA en terme de nombre de foyers de même sexe, et organise de nombreux événements LGBT. Cela dit, PS c’est aussi un peu la ville du 3ème âge pour riches, l’endroit idéal semble-t-il pour passer ses vieux jours au soleil – à jouer dans l’un des très nombreux golfs du coin ou à se relaxer au bord d’une “kidney pool” ou d’un des spas de la ville.

 

AVANT - Carte postale de années 50. "Greetings from Palm Springs"
AVANT – Carte postale de années 50. “Greetings from Palm Springs”
APRES - Palm Canyon Drive (California State Route 111) in Downtown Palm Springs, California. Photo by Patrick Pelster, sous Creative Commons
APRES – Palm Canyon Drive, Downtown Palm Springs. Photo by Patrick Pelster.

 

 

Il fait quand même très chaud dans la vallée de Coachella. On se demande comment ils font tout ses petits vieux pour résister à la chaleur ! Nous n’y arrivons pas, du coup on se plonge dans la piscine, désertée à 18h (heure du diner américain). Le pied !

D’ailleurs, la température redevient des plus agréables le soir et s’accompagne d’une petite brise légère. Nous pouvons nous balader en tongs, même après 22h.

 

 

Palm Springs Art Museum

Palm Springs Art Museum © Camille by the Bay, 2016
Palm Springs Art Museum © Camille by the Bay, 2016

 

Le lendemain, nous brunchons au Tyler’s burger, dont la fameuse salade de pommes de terre “faite maison” ne déçoit pas. La chaleur redevient très vite infernale et l’on part se réfugier dans le musée d’art moderne de la ville.

 

Aah… enfin une visite d’un musée qui ne déçoit pas !

 

Comble du bonheur, c’est le dernier jour de l’exposition “One hundred masterworks” d’Edward S. Curtis. On s’émeut devant les tirages photos originaux, au cachet indéniablement artistique, qui témoignent d’un passé révolu et qui sont chargés de toute la dignité et fierté d’un peuple, les indiens d’Amériques.

Voici quelques-une de mes oeuvres favorites ainsi exposées :

 

 

Le reste du musée offre également une belle visite : le bâtiment de style architectural moderniste par E. Stewart Williams en premier lieu, puis les collections d’art moderne et contemporain.

 

Palm Springs Art Museum © Camille by the Bay, 2016
Palm Springs Art Museum © Camille by the Bay, 2016
Palm Springs Art Museum © Camille by the Bay, 2016
Palm Springs Art Museum © Camille by the Bay, 2016

 

On apprécie le clin d’oeil devant “Les petits vieux sur un banc”, ultra réalistes et très à propos, de Duane Hanson.

 

"Old Couple on a Bench", Duane Hanson, 1995 - Palm Springs Art Museum. Bronze polychrome et supports mixtes
“Old Couple on a Bench”, Duane Hanson, 1995 – Palm Springs Art Museum.

 

Le musée abrite également d’intéressantes collections autour du design et de l’architecture du “désert” et du XXe siècle, offrant un mix d’oeuvres modernes, contemporaines (Donald Judd, Anish Kapoor, Michael Petry ) et anciennes (céramiques d’indiens hopis et Cahuilla, oeuvres olmèques etc.. ).

 

 

Modernisme du désert

Richard Neutra's Kaufmann House, Palm Springs. Photo par Joe Wolf / Flickr
Richard Neutra’s Kaufmann House, Palm Springs. Photo par Joe Wolf / Flickr

 

Après le musée, nous poursuivons notre visite culturelle de Palm Springs.

 

Dans les années 50, les montagnes et plaines désertiques de la vallée de Coachella ont inspiré un certain nombre d’architectes – tels E. Steward Williams, Albert Frey ou William Cody –  issus du mouvement moderne, désormais plus connu sous le nom de “modernisme du désert” (Desert Modernism Architecture).

Les villas ainsi construites à Palm Springs reflètent bien cette tendance architecturale usant de béton, de verre, de symétries et d’espaces géométriques minimalistes, un peu à l’image de ce que faisait notre cher Corbusier.

À l’office du tourisme, nous achetons ainsi la brochure ($5) pour faire le tour des maisons célèbres de PS.
L’office lui-même est abrité dans l’ancienne station d’essence, construite par Albert Frey en 1965.

Tramway Gas Station Albert Frey 1965 Palm Springs
Tramway Gas Station, Albert Frey, 1965, Palm Springs, CA.

 

Dans le quartier résidentiel du nord de Palm Springs, les rues sont bordées de hauts palmiers et plantes du désert (succulentes, cactus). Pas une seule ombre, c’est le plein cagnard.

Nous sommes les seuls clampains à faire le tour à pied… En plus, la plupart de ces villas privées se cachent derrière barrières et hauts murs, du coup on finit par faire comme tous le monde : le tour des villas en voiture, avec la clim’.

Pour un aperçu de l’intérieur de l’une de ces villas, jetez un oeil à la visite virtuelle de la maison de Frank Sinatra.

Quartier résidentiel de Palm Springs nord © Camille by the Bay, 2016
Quartier résidentiel de Palm Springs nord © Camille by the Bay, 2016

 

Franz Alexander House, Palm Springs, par l'architecte Walter White
Beau jardin à cactus pour la maison de Franz Alexander par l’architecte Walter White.

 

Le tramway aérien & le Mont Jacinto

 

Le dernier jour, nous nous levons tôt pour éviter de faire la queue à l’attraction la plus connue de Palm Springs, son tramway aérien qui permet de grimper au sommet du Mont Jacinto.

 

En route vers le tram aérien de Palm Springs © Camille by the Bay, 2016
En route vers le tram aérien de Palm Springs © Camille by the Bay, 2016
Tramway aérien de Palm Springs © Camille by the Bay, 2016
Tramway aérien de Palm Springs © Camille by the Bay, 2016

 

Le coût du ticket n’est pas donné ($25) mais l’ascension est surprenante :  le téléphérique tourne à 360° pendant le trajet, et permet de parcourir plus de 2600 m de dénivelé, pendant seulement 15 mn. On peut véritablement parler d’ascension à pic !

 

Au sommet du tramway aérien de Palm Springs © Camille by the Bay, 2016
Au sommet du tramway aérien de Palm Springs © Camille by the Bay, 2016

 

Au sommet du Mont Jacinto, l’air est frais – nous avons perdu une dizaine de degrés depuis la vallée ! – et l’environnement forestier.

Les vues sont impressionnantes sur toute la vallée de Coachella, et permet d’apercevoir très précisément la faille de San Andrea, celle qui est responsable des tremblements de terre en Californie.

Vue sur la vallée de Coachella depuis le Mt Jacinto © Camille by the Bay, 2016
Vue sur la vallée de Coachella depuis le Mt Jacinto © Camille by the Bay, 2016

 

On fait une courte ballade dans le parc, avant de redescendre dans la vallée et partir pour Joshua Tree National Park, une aventure racontée dans le prochain article, ici.

 

Info pratiques :

 

Photo de couverture par Patrick Pelster, sous Creative Commons.
Partagez-le :
Follow Camille:

Bonjour, moi c'est Camille, geek dotée d'une âme curieuse et voyageuse. J'ai démarré ce blog en avril 2015 en tant que Frenchie fraîchement débarquée en Californie pour raconter ma nouvelle vie d'expatriée, mes impressions, découvertes et explorations de la baie de San Francisco. --- Hi, I'm Camille, a geek with a wandering and curious soul. I started this blog in April 2015 as a newly-landed Frenchy in California to tell about my new expatriate life, my impressions, discoveries and explorations of the San Francisco Bay.

One Response

  1. […] dernier jour de notre long week-end à Palm Springs (voir l’article ici), nous visitons le parc national de Joshua Tree, situé en plein coeur de […]

Leave a Reply