Une soirée à Las Vegas

with No Comments

Vous l’avez attendu… la voici, la deuxième étape de notre roadtrip, après notre visite du parc national de Yosemite (voir l’article ici) : Welcome to Las Vegas!

 

La traversée du Nevada

 

Depuis Yosemite jusqu’à Las Vegas, la route nous fait traverser les régions désertiques du Nevada. Et désertiques elles le sont. A tel point que nous avons pu nous arrêter et prendre des photos en plein milieu de la route, sans rencontrer un seul véhicule a l’horizon. La preuve en photo.

route Nevada roadrip
Seuls au monde, au milieu de nulle part au Nevada © C. Doue, 2015

De part et d’autre de la route, le paysage défile sous nos yeux : troupeaux de mustangs en liberté dans des plaines arides, étendues rocailleuses parsemées de quelques joshua tree et tourbillons de poussières formés par la chaleur écrasante. C’est le grand ouest américain comme on se l’imagine !

Au bout de plusieurs centaines de miles grosse frayeur, plus beaucoup d’essence et aucune station a l’horizon… On traverse Benton Hot Spring, véritable ghost town, qui possède bien une station essence mais abandonnée !

Finalement nous trouverons de l’essence dans un coin perdu au milieu de nulle part. Ouf. Cela aurait été déplaisant de tomber en panne sèche dans le coin, où l’on croise maximum 1 véhicule par heure et où les distances se comptent en dizaine de miles d’un patelin à l’autre.

Nous nous arrêtons ensuite à Beattie, aux portes de Death Valley, pour manger des fajitas dans un boui-boui familial au bord de la route.

Ensuite le dernier tronçon jusqu’à Vegas est peu plaisant : la route monotone est bordée de pénitenciers et centre correctionnels (drôle d’ambiance).
Une manière de nous rappeler que Las Vegas est bien la cité du vice ?

 

L’arrivée à Las Vegas

 

Nous arrivons enfin à Las Vegas en fin d’après-midi, dans les embouteillages et sous une chaleur de plomb. On se perd trois fois dans le dédale des voies de sorties du strip avant de trouver le parking de notre hôtel, l’immanquable hôtel New York New York.

L’hôtel, censé être une reproduction fidèle de New York, est gigantesque. Il possède sa propre statue de liberté et un roller coaster !

A l’intérieur c’est une véritable ruche :  machines à sous clignotantes et tiltantes, néons et lumières flashy, dizaines de restaurants et boutiques et décors en cartons pâtes d’un kitsch absolu … sont accompagnés d’une foule grouillante, comme un jour des soldes (et ce, quelque soit l’heure de la journée, 5h de l’après-midi ou 3h du matin).

Au lobby de l’hôtel c’est l’usine : nous devons faire la queue pour récupérer notre clé de chambre et sommes traités en retour comme des anonymes, alors que nous avons juste payé la modique somme de $300 pour la nuit.

Après 2 escalators, 1 ascenseur, 1 arrêt au 10 étage et 1 couloir à n’en plus finir, nous découvrons notre chambre et sa charmante vue …sur le parking et les montagnes russes. D’ailleurs toutes les 15 mn le silence est brisé par les cris des touristes en mal de sensations fortes. Heureusement l’attraction se termine à 21h…

Nous prenons une douche avec BONHEUR (vous vous rappelez ? la veille nous avions dormi dans un “dry camping” à Yosemite), et c’est parti pour une soirée de folie à Las Vegas.

 

L’exploration du “Strip”

 

le strip las vegas
Le “strip”, Las Vegas © S. El Himdi, 2015

C’est quoi le Strip ? Le Strip, littéralement “la bande”, est une portion de 6 km de la partie sud du “Las Vegas Boulevard”. C’est surtout un axe central de circulation où sont localisés les plus importants hôtels-casinos, restaurants et boutiques de Las Vegas.

De part et d’autre du boulevard, de nombreuses passerelles piétonnières permettent de traverser d’une rive à l’autre et d’accéder aux différents hôtels. Le trafic piétonnier et automobile y est toujours infernal embouteillé.

Nous nous mêlons ainsi à la foule ambiante, et découvrons les yeux écarquillés la folie végatienne des magasins aux façades flashy complètement artificielles : la boutique Coca-Cola vous accueille par une bouteille géante, qui fait aussi accessoirement ascenseur. Au M&Ms World, tous les choix et couleurs de M&Ms sont permis…

On “redécouvre” Paris grâce aux versions réduites de la Tour Eiffel et de l’Arc de Triomphe (la blague !) avant d’admirer le ballet aquatique et jeux de lumières offerts par les gigantesques fontaines du Bellagio. Tous les 5 mètres, des gens déguisés en super-héros ou en personnages du film “Very Bad Trip” (faux bébé accroché sur le ventre pour faire vrai) prennent la pose pour prendre une photo avec vous, et vous la faire payer ensuite.

Autour de nous, ça “crache” du jingle et de la musique à tout va. Les néons et lumières artificielles éclairent le Strip comme en plein jour. Il fait tellement chaud qu’à proximité de certains hôtels sont installés des brumisateurs de rue. On profite du vent frais des climatisations à chaque passage d’ entrée des casinos.

Étonnement nous rencontrons beaucoup de famille sur le Strip… mais, je vous rassure, elles se feront beaucoup plus rare une fois la nuit plus avancée. Sinon groupes de filles et de garçons (en mode “enterrement de vie de”) défilent devant nous en vue de faire la fête et se défouler sans aucune retenue.

Dépenser son argent, boire, draguer (les tenues laissent peu de place à l’imagination), aller en boite danser, consommer… Las Vegas c’est le disneyland pour adulte, les vices en plus !

Parcourir le Strip sous 41 degrés avec une telle foule est une sacré une épreuve, et nous nous réfugions dans le très chic Cosmopolitan* – le nouvel hôtel “favori des hipster” selon notre guide. Nous trouvons par miracle un restaurant, sans avoir à faire la queue 1 heure.
* en tant que vraie fan de la série “Sex and the City”, je n’ai pas pu résister à l’envie de boire un “cosmo” au Cosmopolitan hôtel 🙂

Le concept de notre restaurant “China Poblano” est des plus étranges : noodle bar chinois d’un côté, tapas mexicains de l’autre… La déco est cependant plutôt cool, les plats pas mauvais, mais comme partout à Las Vegas le tout est surpayé par rapport à la qualité et au service attendus.

china poblano las vegas the cosmopolitan
Restaurant China Poblano, à Las Vegas. Photo par Robert Young / Flickr

Toute la nuit, jusqu’à 4 heures du matin, nous partons explorer à pied les hôtels mythiques de Vegas. Chacun d’entre eux vaut le déplacement. Ils sont tous démesurés. Leurs décorations intérieures et extérieures sont à la fois grandioses, fabuleuses et ultra-kitsch-fake ! Petit tour  en image ci-dessous des plus connus :

 

Caesar Palace, fabuleusement kitsch

 

 

The Venitian, son faux ciel et “Petite Venise”

 

Bellagio, le chicissime

 

 

Et le jeu dans tout ça ?

 

casino las vegas tables de jeu
Tables de jeu à Las Vegas © S.El Himdi 2015

Comme tout le monde, on tente notre chance aux machines à sous. Nos amis Sarah et Laurent gagnent $8 à la machine “Willy Wonka*”, pour les reperdre très vite ensuite.
*Les thématiques des machines à sous sont infiniment variées et parfois débiles étonnantes : Superman, Titanic, Nains de la forêt (sisi!), signes du zodiaque, sirènes, tarots etc.

Il faut cependant se méfier car les mises de départ ne sont pas les mêmes partout ($0.25, $1, $5), les gains non plus. Les règles sont d’ailleurs incompréhensibles, du coup on appuie sur le bouton ou on tire la manette (qui se fait plutôt rare) et on attend…. de perdre.

Tout cela n’est pas très excitant.

Du côté des tables de jeu, les mises sont beaucoup plus élevées et là encore il faut comprendre les règles du jeu. Entourés quand même d’un professeur de maths et d’un statisticien, nous sommes restés concentrés sur une table de black jack 15 mn… sans comprendre comment jouer.
Tout va très vite, les gens se pochetronnent consomment en jouant. Ils ont l’air de savoir ce qu’ils font.

Je n’ai pas été atteinte par la “folie du jeu”, j’ai trouvé au contraire tout cela assez plat, peu glamour et très peu grisant.

Pourtant autour de nous, les gens jouent du matin au soir sans jamais s’arrêter et dépensent à gogo. C’est limite pathologique. Nous sommes même passés à côté de tables de jeu “sélectes” où les mises de départ s’élèvent à $1000… Je vous laisse imaginer l’état de ruine que cela peut engendrer chez certains.

 

Downtown Las Vegas

 

D’ailleurs, le lendemain matin, nous passons en coup de vent dans le quartier historique de downtown Las Vegas, connu pour ses néons “rétros” et ses “love chapels”, où Elvis peut vous marier en moins d’une heure.

Là, nous avons constaté l’autre triste réalité de la clinquante Vegas : des longues files d’attente devant les “pawn shop”, ces boutiques qui vous prêtent de l’argent contre le dépôt d’un bijoux, d’une montre ou tout autre bien de valeur… Tout cela pour encore continuer de jouer. Triste déchéance.

pawn shop las vegas
Pawn shop, Downtown Las Vegas © C. Doué, 2015

 

Après cette soirée démente qui s’est terminée au petit matin, nous avons pu observer de près la folie de cette ville, construite au milieu du désert, où rien n’est authentique et qui sert d’exutoire à des milliers d’américains et touristes… C’est une expérience. Mais en ce qui me concerne, la fascination s’arrête là.

Veni, vidi et …mais n’y retournerai pas !

Partagez-le :
Follow Camille:

Bonjour, moi c'est Camille, geek dotée d'une âme curieuse et voyageuse. J'ai démarré ce blog en avril 2015 en tant que Frenchie fraîchement débarquée en Californie pour raconter ma nouvelle vie d'expatriée, mes impressions, découvertes et explorations de la baie de San Francisco. --- Hi, I'm Camille, a geek with a wandering and curious soul. I started this blog in April 2015 as a newly-landed Frenchy in California to tell about my new expatriate life, my impressions, discoveries and explorations of the San Francisco Bay.

Leave a Reply